Votre avis
Actualités 2 minutes 02 décembre 2020

Nous avons testé : l'offre à emporter de Carpe Diem, à La Baule

La vente à emporter des restaurants : savoureux plan B en attendant la réouverture, ou plan plan-plan ? Pour en avoir le cœur net, nos inspecteurs sont allés vérifier par eux-mêmes. Aujourd'hui, Carpe Diem, à La Baule.

A Emporter Confinement Restaurants

Un mercredi, il y a deux semaines, j’ai fait chou blanc. Appel téléphonique au restaurant Carpe Diem pour tenter de commander un panier repas pour un retrait le samedi matin. "Désolé, tout est vendu..." Le chef m’annonce qu’il a déjà atteint les 120 commandes. Il faut dire qu’avec un seul jour de livraison, en l’occurrence le samedi matin, les gourmets de la région remplissent vite le cahier des réservations. Cette fois-ci, j’appelle en début de semaine. D’autant que le menu, affiché sur le site Internet et facturé seulement 24€, s’avère bien appétissant : escabèche de noix de Saint-Jacques et pickles de légumes d’hiver ; fricassée de volaille de chez Matthieu, tajine de légumes, semoule de sarrasin aux raisins ; douceur de citronnelle, ananas au vieux rhum...

Le restaurant Carpe Diem ©MICHELIN
Le restaurant Carpe Diem ©MICHELIN

L'accueil téléphonique est chaleureux. On me donne des détails sur le mode de livraison et on me propose un créneau horaire qui me convient. Samedi matin, direction le Carpe Diem. Niché dans le quartier de la Ville Poupard sur la route du golf, la maison néo-bretonne dispose d’un petit parking qui affiche déjà complet à mon arrivée. Plusieurs clients, visiblement des habitués, forment une file d’attente bien alignée ; tout le monde porte le masque. À mon tour d’entrer dans le hall d’accueil face au comptoir ! Frédéric Lehuédé, le sympathique chef-propriétaire de la maison, prodigue de judicieux conseils pour mettre en forme ses recettes une fois de retour à la maison. Il recommande de prendre la photo du mode d’emploi affiché sur la table.

Le mode d'emploi ! ©MICHELIN
Le mode d'emploi ! ©MICHELIN

De retour dans ma cuisine, je suis les instructions à la lettre. L’entrée s’avère très généreuse avec pas moins de sept noix de Saint-Jacques fraîches par personne. Il suffit de verser la sauce escabèche dans la petite boîte en plastique dix minutes avant de servir. Je craignais que les pickles de légumes ne soient trop acides, mais pas du tout ; ils sont plaisants et bien parfumés. Une fois dressée, l’assiette a de l’allure. A la dégustation, la sauce escabèche, bien équilibrée, respecte la finesse des noix de Saint-Jacques. J’ai juste rajouté une pointe de fleur de sel… de Guérande bien évidement. C’est frais, franc, sans chichi.

Escabèche de noix de Saint-Jacques et pickles de légumes d’hiver ©MICHELIN
Escabèche de noix de Saint-Jacques et pickles de légumes d’hiver ©MICHELIN

Le plat principal ? Il est aussi copieux, avec un morceau de blanc de volaille et un de cuisse rôtie par personne. Les cuissons sont impeccables après les avoir doucement réchauffés dans le bouillon façon tajine. Celle-ci offre de belles saveurs orientales sans trop de puissance. La chair du poulet a du caractère, et en bouche, la mâche est agréable ; ce n’est pas du poulet de batterie, mais élevé dans la région de Guérande, en plein air, sans OGM. Les légumes de saison, plutôt fondants, jouent bien leur rôle, tandis que la surprenante semoule de sarrasin enrichie de gros raisins secs apporte une note régionale des plus agréables. Une réussite !

Fricassée de volaille de chez Matthieu, tajine de légumes, semoule de sarrasin aux raisins ©MICHELIN
Fricassée de volaille de chez Matthieu, tajine de légumes, semoule de sarrasin aux raisins ©MICHELIN

Vient le moment du dessert, le plus simple à dresser… Sur un fin biscuit sablé, bien croustillant, on trouve un genre de flan subtilement parfumé à la citronnelle nappé par une fine couverture au chocolat blanc. Il a suffi d’ouvrir la poche contenant des petits morceaux d’ananas doucement macérés au vieux rhum pour apporter la judicieuse note fruitée à ce dessert. Ma conclusion ? Pour seulement 24€, on se régale avec des ingrédients sélectionnés avec soin par le chef : aucune concession sur leur qualité. J’ai apprécié les généreuses portions, les jeux de textures des trois plats, la finesse des sauces, le bon équilibre des saveurs, les judicieux conseils pour valoriser les préparations et le dressage facile pour "faire joli comme au restaurant".

Douceur de citronnelle, ananas au vieux rhum ©MICHELIN
Douceur de citronnelle, ananas au vieux rhum ©MICHELIN

En attendant l’ouverture des restaurants annoncée le 20 janvier, mon expérience vente à emporter façon Carpe Diem à La Baule fut bien meilleure qu’un plan B… Bravo au chef et à son équipe !

Notre conseil : consulter le site www.le-carpediem.fr et réserver bien à l’avance au 02.40.24.13.14.

Actualités

Articles qui pourraient vous intéresser

Recevez les dernières nouveautés et les bons plans du Guide MICHELIN
Je m'abonne à la newsletter
Suivez le Guide MICHELIN sur les réseaux sociaux