Voyage 5 minutes 16 mars 2022

Charentes et Cognac : un patrimoine et un savoir-faire uniques au monde

De l’océan Atlantique aux frontières du Périgord, au cœur de la Nouvelle-Aquitaine, les Charentes recèlent un patrimoine abondant et varié, reflet d’une destinée mouvementée. À ces vestiges historiques s’ajoute un héritage bien vivant : les savoir-faire liés aux arts du cognac, qui se cultivent de génération en génération entre tradition et créativité. Balade hédoniste au cœur d’un terroir d’exception…

Voyage Cognac Michelin Guide

Amphithéâtre gallo-romain de Saintes, église souterraine d’Aubeterre-sur-Dronne, cathédrale romane d’Angoulême, hôtel de ville Renaissance de La Rochelle, Arsenal Grand Siècle de Rochefort, villas Belle Époque de Châtelaillon, constructions modernistes de Royan… Les visiteurs ne manquent jamais d’être séduits par le patrimoine des Charentes, d’un éclectisme et d’une richesse surprenants. Située au cœur du vignoble charentais, la région de Cognac ne déroge pas à la règle : elle offre quantité de joyaux à découvrir, tout en proposant une multitude d’expériences qui engagent les sens et nourrissent l’esprit.

Cognac, une ville d’art et d’histoire irrésistible

La cité a d’abord prospéré grâce au commerce du sel qui transitait par la Charente, voie privilégiée pour pénétrer vers l’intérieur des terres. À partir du Xe siècle, la ville se fortifie pour repousser les assauts des Normands avant d’affronter les tumultes de la Guerre de Cent Ans. Face au fleuve Charente, la porte Saint-Jacques donne une idée de l’ampleur des anciens remparts de la ville.

Bâti juste au-dessus, le château de Cognac domine toujours la cité. L’ancien logis seigneurial a bien changé depuis qu’il a vu naître François Ier en 1494. Une péripétie royale qui permettra à la ville de jouir d’un statut spécial et d’être exemptée de taxes, ce qui favorisera son essor économique. Agrandi et remanié à de nombreuses reprises, le château abrite une maison de cognac depuis 1795.

Stéphane CHARBEAU - Charentes Tourisme
Stéphane CHARBEAU - Charentes Tourisme

En remontant les charmantes ruelles pavées qui grimpent derrière le château, on pénètre dans le vieux Cognac, avec ses maisons anciennes à pans de bois et ses nobles demeures Renaissance aux étincelants murs de calcaire. C’est ici que se trouve la maison de la Lieutenance, l’une des plus pittoresques de la ville, ou l’hôtel Babin de Belendroit, édifié au Moyen Âge.

Largement remanié au XIXe siècle, le centre-ville déroule d’agréables rues commerçantes, complétées par un joli marché couvert. Les boutiques gourmandes y sont nombreuses, comme celle du chocolatier Letuffe, face à la séduisante église Saint-Léger. Non loin, le musée d’Art et d’Histoire rassemble des collections de peintures, sculptures et arts décoratifs, ainsi que quelques vestiges archéologiques. Juste derrière, le jardin public promet une parenthèse nature appréciable en toute saison.

Labellisée Ville d’art et d’histoire, Cognac séduit aussi par sa qualité de vie et son dynamisme, qui incitent de nombreux étrangers à s’installer dans la région. Ainsi, les bonnes tables et bars à cocktails se bousculent sur les quais ou dans les rues du centre-ville. Pour découvrir tous les secrets de la ville, rien ne vaut les visites libres ou guidées organisées par l’office de tourisme tout au long de l’année. Sans oublier son riche programme d’animations !

Vignoble charentais / Aurélien TERRADE
Vignoble charentais / Aurélien TERRADE

Au cœur de l'appellation Cognac

Aujourd’hui, Cognac est connue dans le monde entier pour sa fameuse eau-de-vie, élaborée par des hommes et des femmes passionnés. Située au cœur de l'appellation, la ville accueille de prestigieuses maisons de négoce, gardiennes d’un savoir-faire unique au monde : Hennessy, Martell, Remy Martin et bien d’autres. Près du fleuve, le Musée des arts du Cognac présente un panorama complet du processus de fabrication du spiritueux charentais, prenant aussi le temps de détailler l’histoire de sa production, qui débute dès le XVIIe siècle.

À quelques kilomètres, Jarnac s’impose comme l’autre cité majeure de l'appellation. Ses célèbres maisons de cognac s’alignent toutes le long de la Charente, à l’image de Courvoisier et de son château. Une promenade le long des quais permet d’apprécier la douceur de vivre légendaire de cette cité qui a vu naître François Mitterrand.

Après avoir découvert Cognac et Jarnac, il serait dommage de ne pas sillonner le vignoble de l'appellation Cognac, partagé entre Charente et Charente-Maritime. Sur ce territoire aux paysages d’une grande harmonie, les vestiges liés à la production viticole se révèlent omniprésents. Au fil des routes et chemins, on croise ainsi une multitude de belles propriétés dotées de larges porches en pierres calcaires, qui abritent bien souvent des chais centenaires.

Plantés au sommet d’un coteau ou posés au bord de l’eau, les villages de la région ne manquent pas de charme. Un label baptisé « village de pierres et de vignes » distingue les plus remarquables d’entre eux comme Bourg-Charente, baigné par la Charente, Saint-Simeux, offrant une vue à couper le souffle, ou encore Bassac, où se cache une splendide abbaye.

Vue du village de Saint-Preuil / Stéphane CHARBEAU - Charentes Tourisme
Vue du village de Saint-Preuil / Stéphane CHARBEAU - Charentes Tourisme

À ce propos, il faut ici évoquer le patrimoine religieux des Charentes, qui s’avère vraiment exceptionnel. Dans la région, on trouverait autant d’églises romanes que de communes ! Un art à la fois austère dans sa forme et foisonnant dans son décor qui essaime sur tout le territoire, de l’abbaye de Saint-Amant-de-Boixe – où se trouve un espace consacré à l’architecture romane – à l’église Saint-Pierre de Jarnac, en passant par la splendide Abbaye aux Dames de Saintes.

Le cognac, vedette du vignoble

Sur les 80 000 ha qu’occupe le vignoble charentais, on produit majoritairement du raisin destiné à la distillation… Mais également, en moindre proportion, du Pineau des Charentes et des vins IGP Charentais. L’appellation Cognac est divisée en six crus : Grande Champagne, Petite Champagne, Borderies, Fins Bois, Bons Bois et Bois ordinaires. Les sols y sont essentiellement argilo-calcaires, mais chaque cru a ses propres caractéristiques.

Le vin destiné à être distillé provient essentiellement de vignes plantées en cépage ugni-blanc, complété par un peu de folle blanche ou de colombard. Les jus produits font preuve d’une belle acidité et d’un faible degré alcoolique, caractéristiques idéales pour la distillation. Car le cognac et le Pineau des Charentes sont avant tout des produits de la vigne ! Il faut planter les ceps, tailler les pieds et entretenir la vigne, avant de vendanger, presser le raisin et, enfin, vinifier.

Aurélie STAPF - porteurdesonge.com / Charentes Tourisme
Aurélie STAPF - porteurdesonge.com / Charentes Tourisme

La distillation, rite de passage obligé

Pour transformer le vin en cognac, vient ensuite le moment sacré de la distillation, qui se pratique de la même manière depuis le XVIIe siècle. L’eau-de-vie s’obtient uniquement après une double distillation, appelée « chauffe » dans les Charentes. Une technique qui aurait été importée par les Anglo-Saxons, alors nombreux à faire commerce de vins et spiritueux dans la région.

Le processus dure environ 24h en tout. Pour avoir le droit à l’appellation d’origine contrôlée, il faut obligatoirement utiliser un alambic de type charentais, caractérisé par sa petite taille. Les vapeurs d’alcool de la première chauffe – que l’on appelle le brouillis – sont récupérées et distillées une seconde fois.

La saison de la « chauffe » est réglementée : elle commence à la fin des vendanges et se termine au plus tard le 31 mars de l’année suivante. Les viticulteurs qui distillent leur propre production sont appelés « bouilleurs de cru » ; ceux qui distillent pour les autres « bouilleurs de profession ».

Maisons de négoce, viticulteurs et distillateurs proposent, chacun à leur manière, de découvrir les différentes étapes de l’élaboration d’un cognac. Citons encore la Maison de la Vigne et des Saveurs à Archiac, l’Écomusée du Cognac à Migron ou encore Le Cep Enchanté à Macqueville, qui offrent tous de passionnants circuits de visite.

Benoît LINERO
Benoît LINERO

Fûts de chêne et tonneliers

Une fois la distillation effectuée, l’eau-de-vie est mise en fûts de chêne pour la faire vieillir avant d’être entreposée dans des chais. Pour avoir le droit à l’appellation Cognac, toute eau-de-vie devra passer un minimum de deux ans en fûts. Mais bien souvent, elle y reste beaucoup plus longtemps ! Il faut par exemple compter 4 ans minimum pour un cognac VSOP et 10 ans pour un cognac XO.

Le bois utilisé par les tonneliers qui les fabriquent provient de différentes forêts françaises. Car l’eau-de-vie n’aura pas le même goût selon le bois utilisé ! C’est un produit vivant, qui s’approprie des saveurs et senteurs spécifiques au chêne. Le bois donne aussi sa couleur au cognac, qui va du jaune doré au brun ambré selon la durée du vieillissement.

Pour fabriquer les tonneaux, on utilise des merrains (lattes de bois rectangulaires) transformés en douelles (plus fines), qui sont assemblées pour former le tonneau. Le bois est plus ou moins chauffé afin d’être cintré avant de former une barrique bien arrondie, renforcée par un cerclage. Plusieurs tonnelleries peuvent se visiter : celle d’Allary à Archiac est réputée. Quant au Circuit du Chêne, il offre la visite idéale pour tout savoir sur la tonnellerie et ses secrets, dans le cadre d’une entreprise familiale.

Benoît LINERO
Benoît LINERO

Maîtres-assembleurs et artistes du cognac

Reste encore au maître-assembleur à « mélanger » les meilleures eaux-de-vie en sa possession afin de créer le cognac qu’il souhaite. On trouve jusqu’à 100 eaux-de-vie différentes dans un cognac ! Le maître-assembleur rassemble des échantillons dans une « bibliothèque » afin de créer divers assemblages. Ces différentes eaux-de-vie n’ont pas le même âge, proviennent de parcelles différentes, peuvent être issues de divers cépages, n’ont pas forcément vieilli dans des fûts du même bois… Lui seul sait comment obtenir le goût recherché : un vrai travail d’orfèvre… De nombreuses maisons de cognac proposent des ateliers pour s’initier à l’art subtil de l’assemblage.

Hero Image : Aurélie STAPF - porteurdesonge.com / Charentes Tourisme

Voyage

Articles qui pourraient vous intéresser